Rechercher dans ce blog

dimanche 10 janvier 2021

Père Patrick Henry Reardon: Le Psaume 8

 

(Version française du Psautier des Septante de Père Placide Deseille de bienheureuse mémoire)

Depuis les toutes premières traductions du Credo dans la langue anglaise, le mystère de l'Incarnation fut exprimé d'une manière assez déroutante, même si notre longue familiarité avec les mots a réduit notre sens de leur énigme grammaticale. Nous disons du Fils de Dieu qu'Il «est devenu [ou a été fait]] homme».

Le puzzle posé par cette construction est exactement comment classer le prédicat nominatif «homme» dans ce cas. Le sens de l'expression « un homme » , autant que nous pourrions dire que « Fred est devenu un agriculteur »? Mais si oui, pourquoi les traducteurs n'ont-ils pas simplement dit cela? «Il est devenu un homme» n'aurait pas seulement un sens; ce serait à la fois grammaticalement et théologiquement correct.

Ou le sens de l'expression est-il simplement descriptif - «il est devenu humain», comme on pourrait dire «Fred est devenu agraire»? Là encore, les traducteurs auraient facilement pu dire ceci, si c'est ce qu'ils voulaient dire, car le Fils de Dieu est très certainement devenu humain.

Non, aucune de ces traductions n'a été jugée adéquate. Rendant très littéralement à partir du latin sous-jacent (et pas directement du grec original, d'ailleurs), les traducteurs ont dit qu'il «est devenu homme», nous laissant avec ce puzzle stylistique. On ne peut guère penser à une occasion, après tout, dans laquelle on pourrait dire à juste titre «Fred est devenu fermier».

Ce que les traducteurs nous ont donné ici est un idiome, c'est-à-dire une forme d'expression propre à un cadre particulier et se situant en dehors de l'usage attendu. À la réflexion, leur recours à l'idiome dans ce cas n'est guère surprenant, car l'événement en discussion, l'Incarnation, est lui-même «idiomatique» à l'extrême, en ce sens qu'il est complètement unique, totalement inattendu et se détache des schémas normaux de consentement. Comment mieux, après tout, parler d'un événement incomparable et sans pareil que de recourir à une improvisation idiosyncratique?

Le Fils de Dieu n'est pas seulement «devenu humain», bien qu'il soit vrai qu'il l'a fait. Il n'est pas non plus simplement «devenu un homme», bien que cela soit également une déclaration correcte du fait. Il «est devenu homme», plutôt, dans un sens défiant la précision grammaticale aussi complètement que cela confond aussi les attentes de la biologie, de la psychologie, de la métaphysique et d'autres aspects de l'entreprise humaine, par conséquent [laissé] choquée et ébranlée, toutes ses ressources tant vantées sont épuisées et surchargé à l'infusion d'une gloire indicible.

La formulation la plus correcte de l'Incarnation est celle à laquelle nous sommes habitués: «Il s'est fait homme». Le Christ est l'archétype de l'homme, portant toute l'humanité en Lui-même. «C'est pour l'homme nouveau que la nature humaine a été établie dès le début», a écrit saint Nicolas Cabasilas; «L'ancien Adam n'était pas le modèle du nouveau, c'était le nouvel Adam qui était le modèle de l'ancien.»

Les sages traducteurs anglais du Credo prenaient ici leur cure du Psaume 8: «Qu'est-ce que l'homme ('enosh ) dont Tu te souviens ? Ou le fils de l'homme ( Adam ) pour que tu prennes soin de lui? Selon Hébreux 2, qui est notre plus ancien commentaire chrétien sur le psaume 8, le mot «homme» dans ce texte se réfère au Christ notre Seigneur, et le psaume tout entier est une description de son œuvre salvifique.

Par l'Incarnation, notre psaume dit à Dieu: «Tu l'as fait un peu plus bas que les anges, et tu l'as couronné d'honneur et de gloire», expliquant ce dont le texte d'Hébreux répond que «nous voyons Jésus, qui est inférieur aux anges, par la souffrance de la mort couronnée de gloire et d'honneur. (2: 9)

Lorsque Dieu donna à notre ancêtre Adam la domination sur la terre et sa plénitude, cet acte était une prophétie de la soumission universelle de la création au règne de Christ. Telle est la vraie signification du psaume 8. «Tu l'as fait dominer les œuvres de Tes mains; Tu as tout mis sous Ses pieds.

Le Christ n'est pas pensé après coup; Il est le sens originel de l'humanité. Le Christ est ce que Dieu avait à l'esprit lorsqu'Il s'est penché et a transformé ce premier morceau de boue en un homme. Toujours selon les paroles de Nicolas Cabasilas: «C'est vers le Christ que l'esprit et le désir de l'homme étaient orientés. On nous a donné un esprit afin que nous puissions connaître le Christ, et Le désirer, afin que nous puissions courir vers Lui; et la mémoire, afin que nous puissions nous souvenir de Lui, car même au moment de la création, c'était Lui qui était l'archétype.

Le mystère de l'Incarnation est le thème du Psaume 8. Le Christ est la raison de notre chant: «O Seigneur, notre Seigneur, que ton nom est sublime sur toute la terre, car Tu as mis Ta gloire au-dessus des cieux.

Version française Claude Lopez-Ginisty

d'après

Patrick Henry Reardon, Christ din the Psalms 

(Ben Lomond, CA: 2000), 

Conciliar Press, p. 15f.

vendredi 22 mai 2020

Métropolite Antoine (Pakanitch) de Boryspol et Brovary: POURQUOI LE 26ème PSAUME EST-IL LU EN TEMPS DE DANGER ET DE PERSÉCUTION ? QUELLE EST SA PUISSANCE ? COMMENT DOIT-IL ÊTRE LU ?


Le psaume XXVI a été écrit par David alors qu'il était persécuté par Saül avant son onction comme roi d'Israël par le prophète Samuel.

Ce fut une période incroyablement difficile dans la vie de David, lorsque tout le monde lui tourna le dos et l'abandonna.

L'idée principale, le cœur du psaume, est la glorification du Créateur, qui défend et protège du mal tous ceux qui croient en Lui.

L'Éternel est ma lumière et mon salut ; de qui aurais-je peur ? L'Éternel est la force de ma vie ; de qui aurais-je peur ? (Psaume 26:1).

Appartenir au Seigneur, tel est notre but éternel. Cela signifie mettre toute votre confiance en Lui, tirer votre force uniquement de Sa force et de Son amour, et être fidèle et loyal envers Lui jusqu'au bout, et Il nous récompensera au centuple.

Quand les méchants, même mes ennemis et mes adversaires, sont venus sur moi pour manger ma chair, ils ont trébuché et sont tombés. Si une armée campait contre moi, mon coeur ne craindrait pas ; si une guerre s'élevait contre moi, je serais confiant en cette volonté (Psaume 26:2-3).

Si nous nous réjouissons de la communion avec Dieu, comme les plantes le font avec le soleil, si nous sommes heureux quand Il est proche et que nous Le désirons plus que tout autre être, c'est un signe certain que nous sommes ceux qu'Il protège comme siens.

J'ai désiré une chose de l'Eternel, que je cherche, c'est d'habiter dans la maison de l'Eternel tous les jours de ma vie, pour contempler la beauté de l'Eternel et pour m'informer dans Son temple (Psaume 26, 4).

Les épreuves sont salvatrices. Elles changent un homme et sa vie. Alors que les ténèbres s'épaississent, la lumière salvatrice augmente sa clarté dans la même mesure.

Écoute, Seigneur, quand je crie de ma voix : aie pitié de moi et réponds-moi. Quand tu disais : Cherche ma face, mon coeur te disait : Ta face, Seigneur, je la chercherai. Ne cache pas ta face loin de moi, ne repousse pas ton serviteur dans la colère ; tu as été mon secours, ne me laisse pas et ne m'abandonne pas, Dieu de mon salut (Psaume 26, 7-9).

Les Psaumes sont une eau qui donne la vie, une nourriture fortifiante pour l'âme ; nous en avons besoin comme un voyageur a besoin de la force de la nourriture et de l'eau.

Les Psaumes sont notre alliance avec Dieu, l'alliance de notre unité avec Lui. Si nous sommes avec le Seigneur, nous ne devons rien craindre. Il nous protégera, nous fortifiera et nous réconfortera.

Dieu est notre seul soutien, notre seule forteresse et notre seule bannière.


***

En lisant les Psaumes, nous ne devons pas chercher à ressentir des sentiments particuliers ou à nous enivrer. Nous ne devons pas laisser libre cours à nos sentiments, car ils sont trompeurs et fugaces : Nous pouvons être influencés par une conversation récente avec quelqu'un, un film que nous avons regardé, un livre que nous avons lu, par le temps ou par notre condition physique.

Nous devons plonger dans la prière plus profondément que nos sentiments. Que notre volonté, à travers l'effort, la maladresse, la gaucherie, la résistance et la perplexité, nous conduise consciemment à la communion avec Dieu.

"Dieu nous parle parfois de manière très confidentielle lorsqu'il nous prend au dépourvu" (C. S. Lewis).

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

dimanche 10 novembre 2019

LA PRIÈRE MONASTIQUE DES PSAUMES A SAUVÉ LES SURVIVANTS D'UN NAUFRAGE PRÈS DE LA CÔTE INDIENNE


Cette histoire a été racontée par l'higoumène Théodosie (Dyatchkova). Mère Supérieure du Couvent de la Nativité du Christ dans le diocèse de Vyatka.


"Récemment, raconte l'higoumène Théodosie, une femme m'a exprimé ses remerciements. "La paroissienne m'a dit qu'il n'y a pas si longtemps, en octobre, juste avant que ses enfants ne partent en vacances, elle a demandé la lecture du Psautier avec la mention de leurs noms, afin que les moniales du couvent puissent prier quotidiennement pour ses enfants. 

Ses enfants et ses petits-enfants - quatre personnes en tout - se trouvaient à bord même du navire qui a subi un naufrage près de la côte indienne, mais par miracle, ils ont survécu et n'ont pas été blessés du tout. La femme a ainsi expérimenté elle-même l'effet de la prière monastique et la puissance de la lecture perpétuelle du Psautier."

Le 28 octobre, un navire touristique a fait naufrage près de la côte indienne, rappelle le site web du diocèse de Vyatka.

Trois des dix passagers russes qui ont affrété le navire sont morts. Parmi les naufragés qui ont miraculeusement survécu se trouvaient les enfants et petits-enfants adultes (tous sains et saufs !) de la paroissienne du couvent de la Nativité du Christ (dans la ville de Slobodskoy, région de Kirov) qui, avant le début des vacances de ses proches, avait fait en sorte que "la lecture perpétuelle du Psautier soit dite pour leur santé".

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après
et

mardi 29 octobre 2019

Comment prier les Psaumes


L'Orthodoxie a beaucoup de prières standard qui peuvent être utilisées par les fidèles quand nous prions à la maison et à l'église. Ces prières standard comprennent les Psaumes, le "Livre de prières" de Dieu. Les Psaumes nous enseignent comment, quoi et quand prier. Lorsque nous les récitons dans la prière et avec foi, Dieu parle et nous éclaire selon nos besoins et nos circonstances individuelles. De plus, les Psaumes deviennent peu à peu partie intégrante de notre propre vie quotidienne lorsqu'ils sont dans notre mémoire par une répétition constante, et qu'ils sont étudiés dans leur contexte avec le reste de la Bible à l'aide des commentaires des Pères de l'Église.

Pour un chrétien orthodoxe, cependant, le danger est de ne pas laisser la lecture quotidienne des Psaumes devenir quelque chose d'impersonnel qui nous empêche d'établir une véritable relation avec Dieu. Au contraire, la lecture quotidienne des Psaumes devrait servir de tremplin à une vie de prière incessante où nous sommes complètement immergés en Christ.

Selon saint Athanase le Grand, la prière des Psaumes nous engage dans une rencontre et une conversation continues avec notre Seigneur Jésus Christ. Nous nous trouvons constamment en train d'invoquer Son "Nom grand et impressionnant " ou de demander que la lumière de Sa Face brille sur nous (Psaume 67:1). Nous nous trouvons régulièrement en train de nous joindre à Ses prières offertes "au nom de l'humanité" ou de faire nos propres appels à Sa miséricorde, à Son salut ou à Sa délivrance.

Les Psaumes peuvent aussi être vus sous l'angle christologique, c'est-à-dire en voyant dans les Psaumes des références claires à Jésus Christ. Par exemple, le Psaume 22 est un signe avant-coureur de la Passion et, par conséquent, les paroles "Protège-moi, Seigneur, car j'espérais en toi", constituent une prière du Christ Lui-même au Père.

La prière des Psaumes doit se faire en réalisant que nous nous tenons devant Dieu et que nous sommes en Sa présence même. Bien qu'il ne semble pas que nous priions ou demandions quoi que ce soit au Seigneur, en fait nous le faisons. L'acte de se tenir en Sa présence et de lire Sa Parole est la prière elle-même.

Version française Claude Lopez-Ginisty
d'après

samedi 31 août 2019

Clément Marot: Psaume L (50)

Clément Marot
(1496-1544)

***


1. Miséricorde et grâce, ô Dieu des cieux!

Un grand pécheur implore ta clémence;
Use en ce jour de ta douceur immense
Pour effacer mes crimes odieux.
 Ô Seigneur, lave et relave avec soin,
De mon péché la tache si profonde;
pands sur moi dans ce pressant besoin
Toute la grâce où mon espoir se fonde.



2. Mon cœur, rempli de tristesse et d’effroi,
Connaît sa faute et sent qu’elle est énorme;
Mon crime, hélas! sous sa plus laide forme,
Me suit partout, et partout je le vois.
J’ai contre toi commis ce grand forfait;
C’est à toi seul à punir mon offense;
Tu peux le faire, et quand tu l’auras fait,
Tu paraîtras juste dans ta vengeance.



3. Je le sais trop, et je l’ai toujours su, 
J’étais souillé, même avant que de naître;
las! Seigneur, j’ai commencé de l’être
Dès qu’en son sein ma mère m’a conçu;
Mais toi, grand Dieu, qui n’es que sainteté,
Tu veux des cœurs où règne l’innocence;
Et tu m’avais, par ta grande bonté,
De tes secrets donné la connaissance.



4. Avec l’hysope arrose-moi, Seigneur;
Lave mon âme, efface sa souillure;
Tu te plairas à la voir ainsi pure,
Et l’emporter sur la neige en blancheur.
Je sens mes os brisés par ton courroux;
Parle de paix à mon cœur qui t’en prie;
Je suis guéri, Seigneur, si tu m’absous,
Et ton salut va me rendre la vie.



PAUSE




5. N’arrête plus tes yeux sur mes forfaits,
Ils ne pourraient qu’enflammer ta colère;
Oublie, ô Dieu, pour finir ma misère,
Ce crime atroce, et tous ceux que j’ai faits.
Daigne, Seigneur, daigne créer en moi
Un esprit pur, un cœur brûlant de zèle;
Pour ranimer et raffermir ma foi,
Que ton Esprit en moi se renouvelle.



6. Trop loin de toi je me vois reculé;
Guéris les maux qui font que je soupire.
Que ton Esprit jamais ne se retire,
Quand tu l’auras en moi renouvelé.
Mon Dieu, rends-moi ta consolation,
Elle peut seule adoucir ma tristesse;
Que ton Esprit, dans cette affliction,
Par sa vertu soutienne ma faiblesse.



7. Alors, Seigneur, rentré dans tes sentiers,
Aux égarés je les ferai reprendre;
À mon exemple, on les verra s’y rendre,
Et revenir à toi plus volontiers.
Dieu mon Sauveur, tout-puissant et tout bon,
Le sang versé te demande vengeance;
Mais si de toi j’en obtiens le pardon,
Je publierai ta grâce et ta clémence.



8. Ouvre, Seigneur, mes lèvres désormais,
Que mes frayeurs ont si longtemps fermées;
Et par mes chants tes louanges semées
Vont en tous lieux retentir à jamais.
Si tu voulais que, pour de tels péchés,
En holocauste on t’offrit des victimes,
J’en eusse offert; mais des cœurs si tachés
Le sang des boucs n’efface pas les crimes.



9. Le sacrifice agréable à tes yeux,
C’est le regret d’une âme pénitente;
Un cœur brisé d’une douleur pressante;
Celui-là seul, grand Dieu, t’est précieux.
moigne encore à Sion ta bonté;
Protège, ô Dieu, conserve et fortifie
rusalem, ta fidèle cité;
Hausse ses murs et ses tours r’édifie.



10. Alors, Seigneur, nos cœurs mieux disposés
Seront pour toi d’agréables offrandes,
Et les taureaux, comme tu le commandes,
Sur ton autel par nous seront posés.

(1729)