Rechercher dans ce blog

jeudi 31 janvier 2019

Archimandrite Kyrion [Oniani]: Interprétation du Psaume 50 et de la Parabole des Dix Vierges par saint par Gabriel Fol-en-Christ de Géorgie


Je voudrais ici vous offrir un de mes souvenirs, qui révèle clairement la mesure de son amour et la hauteur de sa stature spirituelle.

Le matin, dès que je me suis réveillé, j'ai pensé au Père Gabriel et j'ai décidé d'aller le voir.

En entrant dans le monastère de Samtavro, j'ai prié dans la petite église en l'honneur de sainte Nino et aussi dans le grand catholicon [1] du monastère, après quoi je me suis dirigé vers la cellule du Père Gabriel. J’ai gravi les escaliers qui menaient à la cellule du staretz et aux logements des moniales. Les deux portes de la cellule étaient ouvertes, et à l'intérieur, sur une chaise basse, était assise Mère Parascève qui souriait tandis qu’elle me regardait. Alors que j'allais ouvrir la bouche pour demander la bénédiction d'entrer, Mère Parascève s'avança devant moi et informa le Père Gabriel de mon arrivée. Puis elle me dit de rester devant la porte.

"Entrez, qu'est-ce que vous cherchez ?"

Je n'ai pas hésité, mais je suis entré à l'intérieur. Je tenais dans mes mains un petit sac rempli d'aliments divers. Presque tous les visiteurs apportaient de tels cadeaux pour les startsy avec une grande joie, et ce, à cause de leur grand amour pour le Père Gabriel. Car ils avaient tous compris qu'il était un grand trésor dans leur vie. Quant au Père Gabriel, c'était un hôte vraiment généreux. Il recevait de tout cœur chaque visiteur avec des bénédictions et avec un repas qu'il préparait habituellement lui-même, ou qui était préparé par ceux qui lui étaient dévoués. Il était rare qu'un visiteur qui venait deux, trois ou quatre fois ne reçoive pas un tel repas. En fait, c’était tout aussi rare qu'un visiteur qui venait une seule fois ne soit reçoive pas quelque chose - au moins un petit quelque chose de la table du bienheureux staretz. Lorsqu'il recevait quelqu'un, il le suppliait de s'asseoir pour manger de telle sorte que, malgré leur satiété, ils ne pouvaient s'empêcher de goûter afin de mettre le cœur du staretz à l'aise. Que l'invité mange beaucoup ou peu, le staretz se réjouissait comme un petit enfant parce que son invité avait mangé à sa table et qu'il était rassasié.

Je vais maintenant continuer avec ce que j'ai à dire. J'ai donné mon sac à Mère Parascève et en m'approchant du Père Gabriel, je me suis prosterné et lui ai dit : "Béni Père !" Il m'a béni avec son sérieux habituel et m'a fait signe de m'asseoir sur une chaise à proximité. Je voudrais ici m'éloigner du sujet de mon récit et dire quelques mots sur les prières et les bénédictions du Père Gabriel. Jamais, depuis que j'ai rencontré le Père Gabriel, je ne me souviens du staretz qui aurait prié ou donné une bénédiction à la hâte, même si beaucoup attendaient qu'il les bénisse. Je ne dis pas que le staretz  laissait les gens attendre longtemps ou que par sa fervente prière il cherchait à créer l'impression de ce phénomène. Le Père Gabriel n'a jamais rien fait d'artificiel, comme s'il cherchait à faire impression sur quelqu'un. Ce n'était certainement pas le cas. Sa grâce et sa puissance intérieures étaient révélées naturellement et ouvertement, et non selon un effort du staretz, ni par aucune tentative ostensible de se faire valoir. Au contraire, il faisait les choses naturellement et d'une manière ordinaire, avec simplicité, et malgré ses grands efforts pour cacher ses dons, ils ne pouvaient pas être cachés. Il était impossible de cacher l'unité du Père Gabriel avec Dieu. Afin d'expliquer plus clairement ce qui est écrit ici, je vais essayer d'expliquer davantage mes réflexions à ce sujet. Je me demande, y a-t-il quelque chose de plus secret, de plus complètement caché que le Saint-Esprit ? Y a-t-il quelque chose de si impossible à voir, non seulement pour les hommes, mais aussi pour les saints anges ? On pourrait dire la même chose de Son serviteur, le grand staretz, qui avait une unité complète avec le Seigneur - ce qui sera discuté plus loin. Cette histoire montrera que le staretz avait acquis l'unité avec le Seigneur dans sa vie terrestre, et la perfection éternelle dans l'autre.

Naturellement, bien sûr, le staretz savait quelle bénédiction ou quel conseil donner à chacun, selon ses besoins. Il ne feignait pas ou ne faisait pas semblant, mais il avait un don vif, non seulement dans des moments ou des circonstances particulières, mais tout le temps. Il disait toujours ce qu'il fallait dire à quelqu'un. Parfois, il se contentait de bénir ; d'autres fois, il mettait en garde contre une épreuve imminente - quelque chose qui entravait le progrès spirituel ou la formation de l'âme. Le Père Gabriel n'avait pas besoin d'être informé d'aucune façon, ni d'entendre une confession ou d'avoir une conversation sur un sujet particulier avec un visiteur. Il percevait tout avec perspicacité et parlait à quelqu'un après l'avoir rencontré pour la première fois comme s'il le connaissait depuis longtemps, et il parlait avec une grande profondeur de sens sur n'importe quel sujet, et il parlait de façon exhaustive.

Dès que dix minutes se sont écoulées depuis que je m’étais assis près de lui, le Père Gabriel s'est tourné vers Mère Parascève en disant : "Va te reposer, et si j'ai besoin de quelque chose, je t’appellerai". Mère Parascève n'a pas attendu longtemps, et après être restée assise pendant quelques minutes, avec la permission du Père Gabriel, elle est allée dans sa cellule. Après le départ de Mère Parascève, quelques instants de silence se sont écoulés et le Père Gabriel m'a regardé et m'a demandé : "Mon cher, voudrais-tu parler d'un sujet spirituel aujourd'hui?" J'étais d'accord avec le staretz souriant, mais en même temps j'étais un peu perplexe, parce que je ne me considérais pas digne de discuter de questions spirituelles avec le Père Gabriel. J'attendais impatiemment de voir ce que le bienheureux staretz allait faire. Il se leva du canapé et ajusta le manteau qui le couvrait. Puis il alluma de l'encens et s'assit sur un tabouret. Après un court silence, il demanda avec sa gentillesse habituelle: "Eh bien, mon cher, dis-moi, si tu le peux, quel psaume tu aimes le plus." Cette question me laissa perplexe, et je ne savais pas comment répondre parce que je n'avais pas de psaume préféré en particulier. Mais comme je devais donner une réponse, j'ai mentionné le fameux Psaume 50 [2], que j'ai récité plus souvent que d'autres, et que, dans une certaine mesure, j'aimais plus que les autres psaumes.

"Oh, alors tu aimes "Aie pitié de moi... Ce psaume se détache vraiment parmi les autres psaumes. Donc, si tu l'aimes, tu dois bien sûr en connaître le sens. Si tu le peux, dis-moi ce que tu penses qu'on entend par " Tu m'as révélé les choses cachées et secrètes de Ta sagesse ".[3]

Dès le début, je me suis rendu compte que je ne pouvais pas donner une réponse suffisante, mais parce que le Père Gabriel m'a dit : "Si tu l'aimes, alors bien sûr tu en connais le sens", j'ai eu honte de dire directement que je ne savais pas, et j'ai donc décidé d'essayer de produire une réponse. Je me suis rendu compte que je souffrais en vain, et au fil du temps, j'ai commencé à me sentir mal à l'aise en hésitant à répondre. J'ai rassemblé mes forces et j'ai dit : "Je ne sais pas, Père." Ne semblant rien remarquer, il m'a souri avec son sourire aimant, ce qui m'a permis de respirer librement. Cela m'a assuré qu'il comprenait que ma réponse était due à une infirmité et non à un désir de tromperie.

Très bien, mon cher, si tu ne peux pas le dire, alors j'expliquerai le sens des mots : " Tu m'as révélé les choses cachées et secrètes de Ta sagesse. " Commençons d'abord par le caché, que le roi David mentionne à juste titre et sagement avant le mot secret, et qui, par sa signification, déclare la merveille de la sagesse de Dieu. Caché signifie le monde spirituel invisible que le Seigneur Bon et Tout-Puissant a créé selon Sa providence et Sa sagesse incompréhensible et établi avant la création du monde visible et de l'homme. Ces deux mondes dans leur unité comprennent la plénitude de la création de Dieu, et l'homme est l'incarnation parfaite de sa plénitude. Dieu, par son inconcevable sagesse, a uni les deux natures en une seule personne, l'être humain : la nature spirituelle supérieure et la nature physique, qui en comparaison avec la nature spirituelle est inférieure.

Avant la Chute, Adam voyait librement, à la fois le monde physique et le monde spirituel. Parmi ceux-ci, la sagesse et la majesté de Dieu se manifestaient de façon plus grande et étaient perçues dans la vision des demeures célestes du Seigneur : le monde spirituel. Adam l'a vu avant la Chute, et par la suite, cette vision lui a été cachée ainsi qu'à toute l'humanité et elle est devenue cachée. Elle nous a été donnée pour la contemplation, mais elle nous a été enlevée. Le péché, la désobéissance et la transgression de la Parole de Dieu nous ont privés de cette vision divine. Mais par la grâce de Dieu, cette vision fut de nouveau accordée à ceux qui en étaient dignes en raison de leur sainteté particulière et de leur vie vertueuse. Tu vois, mon cher, la sainteté est nécessaire pour qu'une personne reçoive à nouveau la vision de ce qui est caché (le monde spirituel), une vision qui, depuis la Chute, nous a été enlevée et refusée. C'est un héritage merveilleux par lequel nous pouvons contempler et expérimenter la sagesse de Dieu. Je pense que c'est assez concernant le caché, si c'était compréhensible, mon cher..."

"Oui, je comprends tout, mon père," répondis-je.
"Alors disons quelques mots sur la chose la plus intéressante qu'on appelle secret. Ce qui est secret est le sein de la connaissance secrète de la sagesse de Dieu, qui est révélée aux hommes exclusivement par la miséricorde et la providence de Dieu. Elle est révélée à ceux qui, constamment et graduellement, selon leur force et avec l'assistance et l'aide de l'Esprit Saint, se rapprochent des mystères supérieurs de Dieu, et qui, ayant appris ces mystères, deviennent plus sages dans la connaissance de Dieu, des anges et des hommes. C'est une chose de voir et d'entendre ; c'en est une autre de comprendre profondément le mystère de ce que l'on a vu et entendu. Ce qui est secret n'est pas compris de la même manière que ce qui est caché. Car la perception du caché est de voir et d'entendre, tandis que la contemplation du secret est de saisir le mystère de ce qui a été vu et entendu. Le secret n'est pas perçu de la même manière que le caché. C'est parce que le secret ne peut être découvert que par l'action guidée du Saint-Esprit. Pour que les portes révélant la connaissance du secret s'ouvrent, une personne a besoin non seulement de sainteté, mais aussi de mérite devant Dieu. Une personne acquiert le mérite en endurant de nombreuses petites et grandes tribulations, épreuves, persécutions, injustices, moqueries, condamnations, labeurs, sueurs et efforts... endurant tout cela avec amour et humilité pour le Seigneur et Son Saint Evangile. Une vie sainte devant Dieu, comme nous l'avons déjà dit, accorde à une personne la vision de ce qui est caché, et si le mérite est combiné avec une vie sainte, le secret est également révélé. C'est pourquoi j'ai dit au début de notre conversation que le roi David a mentionné avec justesse et sagesse ce qui était caché avant le secret. Car c'est en luttant qu'un homme atteint d'abord la frange ou le seuil de la sainteté, et c'est en s'élevant vers des niveaux supérieurs qu'il obtient la vision de ce qui est caché. S'il reste dans une lutte diligente, il obtient grâce aux yeux du Dieu miséricordieux et Ami des hommes, il recevra de Lui la connaissance du secret comme un don.

L'homme qui est plongé dans la connaissance du secret reçoit des révélations en fonction de ses capacités. Puis il se consacre de toutes ses forces à cette contemplation, ne pensant à presque rien, même aux besoins les plus naturels, puisque cet état lui est si agréable. Il s'efforce d'observer avec toute sa capacité, et ce qu'il voit avec son nous [esprit, intellect] est soigneusement discerné pour la connaissance. Dans cet état apparemment tendu, la personne n'est ni fatiguée ni troublée, mais elle est revêtue d'une grande patience. C'est parce que son âme est dans un état de grande paix dans l'attente de la révélation du secret. Une telle contemplation est pour elle un grand délice, tandis que la révélation et la compréhension de ce qu’elle voit est une joie et un bonheur inexplicables. Tout cela, mon cher, est accordé à un homme qui a atteint les plus hautes vertus, qui selon saint Jean de Climaque sont la foi, l'espérance et l'amour. En effet, ce sont les vertus les plus élevées, comme je l'ai mentionné, car elles forment le dernier échelon de l'échelle des vertus.

Et pourtant, même si une personne fait l'expérience de cette félicité suprême, elle n'est pas encore complètement rassasiée et ne cesse de chercher auprès de Dieu cette grâce et une union plus profonde et inséparable avec Lui. Vient ensuite la théosis [Divinisation], qu'il est impossible d'atteindre par d'autres moyens. La théosis est seulement un don de Dieu... quelque chose d'incompréhensible et d'inexprimable, que le Seigneur accorde comme un don de l'Esprit qui donne la vie à la personne digne des dons de l'Esprit. Ce qu'on attend de l'homme, c'est qu'il travaille et lutte. Dans cette situation, l'homme se consacre à l'humilité, s'humilie impitoyablement et descend au plus profond d'une conscience de sa propre infirmité. Il pleure continuellement, crie et prie Dieu, suppliant qu'Il lui accorde une vie inséparable avec Lui, son Créateur. Alors une flamme d'amour s'allume à l'intérieur de l'homme... une flamme de feu nourrie du feu suprême, le feu éternel qui s'appelle Amour.4 L'homme désire l'unité avec ce feu, mais pas comme une flamme distincte ou séparée de quelque manière que ce soit du feu éternel. L'unité complète désirée avec le feu éternel est la théose. Pour atteindre la théose, l'homme doit renoncer et s'oublier lui-même, et un tel exploit s'accomplit par la supplication et l'austérité intérieure avec soi-même. Il doit aimer chaque personne, voir chaque personne comme un frère et un compagnon. Il doit garder à l'esprit que notre Seigneur Jésus-Christ a souffert pour nous tous. Aimer tous, signifie servir tout le monde avec sagesse.... une sagesse que le Seigneur donne à tous ceux qu'Il regarde et enveloppe de son amour parfait. Avant d'être uni à Dieu, l'homme se trouve dans l'agonie, luttant et cherchant à rester en permanence avec le Seigneur. Lorsque cette unité est réalisée, l'homme fait l'expérience d'un amour marqué par la tranquillité, la paix et le repos. Avant l'union avec Dieu, une personne lutte avec tout son être et cherche une coexistence inséparable avec Dieu. Mais l'union à Dieu est un état d'amour, de grande sérénité, de paix et de repos. Avant l'union avec Dieu, l'existence de l'homme consiste en labeur et en désir, car elle manque de plénitude et de perfection.

L'Échelle de l'Ascension Divine de Saint Jean Climaque détaille l'ascension de l'âme de l'homme, et tout ce qui y est écrit est merveilleux et divin. Cependant, il manque un dernier échelon, qui est la couronne et la perfection de tous, et cet échelon s'appelle Amour et Théosis. Ici, il n'y a que de l'amour, de l'amour et rien de plus. L'homme est entièrement et inséparablement uni à Dieu. C'est une unité parfaite et complète. L'esprit s'arrête, les pensées disparaissent complètement de son esprit, car il ne pense plus à rien. Il ne contemple que Dieu, et ne fait et ne dit que ce qu'il voit et entend de Dieu. Un tel homme possède la sagesse du début à la fin des temps. Ce n'est pas notre affaire de savoir qui a atteint cet état [5], mais nous en connaissons un avec certitude : Saint Jean le Théologien."

Je fus étonné de ce qu'il avait dit, car tout cela me semblait incompréhensible. J'aurais cru me tromper si je n'avais pas entendu une exposition aussi merveilleuse de la bouche du Père Gabriel. Dans la confusion, je me suis dit : comment cela se peut-il - l'esprit s'arrête, les pensées disparaissent... c'est impossible. Incapable de supporter l'incertitude, quand le staretz se tut, je lui demandai : "Pardonne-moi, Père, qu'est-ce que cela signifie - l'esprit s'arrête, les pensées disparaissent complètement de son esprit, car il ne pense plus à rien". Il répondit : "Oui, crois-moi, mon cher, ce qui est impossible à l'homme est possible à Dieu. L'action sûre de l'Esprit Saint, à l'égard de l'homme, est la théosis, qui est l'effusion de la plus haute couronne divine de toutes les vertus - l'amour. Quelle sorte d'union avec Dieu pourrait-il y avoir si le mental est actif ou quand les pensées restent avec vous et que votre mental est retenu captif par une pensée ? L'union complète avec Dieu est impossible sans l'inaction de l'esprit et l'absence totale de pensées. Sinon, il n'y aurait pas de théosis. Cela équivaudrait plutôt à l'échelon supérieur de l'échelle, que Saint Jean Climaque appelle la foi, l'espérance et l'amour."

Ici s'est produit un grand miracle que je n'ai pas compris pendant que j'étais avec le Père Gabriel dans sa cellule. Au cours de notre conversation, j'ai tout accepté comme quelque chose d'habituel et d'ordinaire. La noblesse du discours du staretz se cachait dans son humilité et sa simplicité. Ce n'est qu'après avoir quitté sa cellule que j'ai compris la profondeur et l’ampleur de ses enseignements.

"L'amour ne peut être atteint que si l'esprit s'arrête et est libre de pensées... voici, c'est comme moi..." et alors le staretz frappa doucement la tête avec ses doigts deux ou trois fois. "C'est impossible selon nos propres capacités, mais cela n'est possible qu'avec le Saint-Esprit. Le Saint-Esprit agit sur un homme et rend un tel miracle possible. Seulement, je ne suis pas digne d'une telle grâce... c'est à cause de ma vieillesse que je ne peux pas garder mes pensées et mon esprit est oisif."

Et tout d'un coup, il m'a semblé que quand le Père Gabriel a dit ces paroles merveilleuses : "J'ai ressenti une certaine satisfaction, comme si quelque chose m'avait été révélé... et je n'avais aucune envie de lui demander quoi que ce soit. Ce qui était si étrange, c'est que ce qui m'était difficile à comprendre m'a été révélé avec les coups de sa main sur la tête. C'était comme si le geste du Père Gabriel induisait ce que je percevais dans mon esprit. Quelque chose qui semblait incompréhensible paraissait soudain si plausible. Maintenant, je pouvais comprendre un peu ce qu'il m'avait dit.

"Celui qui a atteint la théosis, mon cher, ne vit pas pour lui-même, mais seulement pour le bénéfice des autres. Avec une grande humilité, il se cache des gens, afin de ne pas les brûler. Car si les gens voyaient qu'il possédait un tel don, ils ne le comprendraient pas correctement, et ils seraient consumés par l'envie. Ou peut-être qu'il leur arriverait de ne même pas être envieux puisqu'un tel phénomène dépasse jusqu'à présent le pouvoir de leur compréhension. Le fait que l'amour soit en fait la couronne de la perfection comme dernier échelon de l'échelle, et que ni cela ni la théosis ne soient mentionnés par saint Jean Climaque, ni que ces choses n'aient été mentionnées par personne par la suite, est selon la providence de Dieu. Dieu me l'a réservé pour que je le dise, et personne d'autre que moi ne pouvait le dire.


L'amour est aussi l'interprétation finale et parfaite de la Parabole des Dix Vierges. Les cinq vierges folles de cette parabole manquaient d'amour. C'est le sens principal de la parabole, et la raison pour laquelle elles ont perdu le salut de leur âme. Les interprétations passées de cette parabole étaient conformes à la providence de Dieu et étaient nécessaires et ont été données en temps voulu. Mais Dieu a réservé cette interprétation pour les derniers temps, afin de nous offrir le message le plus grand, le plus vital à un moment plus nécessaire que jamais. Et Dieu me l'a donné, à moi, le pécheur. Pour qui d'autre que moi, Gabriel, était-il nécessaire de dire cela ? J'ai passé toute ma vie dans la prouesse de l'amour de Dieu et de l'humanité, sans jamais m'épargner des tourments à cette fin. Et si Dieu m'a accordé une telle grâce que je reçois le don de cette parole afin de déclarer à tous que ce que Dieu exige de nous aujourd'hui est l’amour. De toutes nos forces, nous devons nous efforcer d'acquérir cette vertu - l'amour de Dieu et du prochain !"
Le Père Gabriel m'a dit tout cela avec une grande humilité, qui était surtout évidente. Cependant, tout ce qu'il a dit a fait une si grande impression et en même temps a résonné comme quelque chose de puissant et majestueux.

"Au début, saint Jean Chrysostome interprétait la parabole des Dix Vierges comme une leçon sur les bonnes œuvres. Le monde de son temps avait besoin d'une telle interprétation de ce qui manquait aux vierges folles. Car en ce temps-là, Dieu voulait de bonnes œuvres de la part du peuple, et c'est ainsi qu'il cherchait de bonnes œuvres et des travaux de leur part. Plus tard, Saint Séraphinm de Sarov interpréta cette parabole, lui donnant un sens nouveau. Il enseignait que ce qui manquait aux cinq vierges folles, c'était la Grâce de l'Esprit Saint. Par cela, Dieu a appelé l'homme à acquérir la Grâce de l'Esprit Saint. Puisqu'ils avaient alors un tel besoin, le Seigneur bénit les croyants de diriger leur lutte de manière à acquérir la Grâce de l'Esprit Saint. En ce temps-là, Dieu l'exigeait d'un homme, et c'est ce que l'on attendait de lui au moment de son départ de ce monde.

Cependant, maintenant que les derniers temps sont arrivés, et à cause de l'abondance de l'anarchie et de l'amour de beaucoup de gens qui se refroidit [6], l'humanité a plus que jamais besoin d'amour et doit être sage afin de ne pas perdre courage et de s'en éloigner. Car aujourd'hui, l'ennemi du genre humain s'efforce par tous les moyens d'éradiquer l'amour du cœur de l'homme et d'en diminuer progressivement l'amour jusqu'à ce que l'homme soit laissé froid, complètement coupé de l'action vitale de l'amour. Dieu cherche de nous maintenant l'amour! Par conséquent, tous nos efforts devraient être dirigés vers son acquisition dans nos cœurs, ce qui n'est possible que par de bonnes œuvres. Car l'amour sans les œuvres est mort... simplement une parole vide qui peut condamner une personne au Jugement dernier, puisqu'un homme trouvé sans amour dans son cœur a seulement dit "amour... amour", alors qu'il était lui-même loin de faire les choses qu'il aurait dû faire devant le Seigneur et son prochain. Il peut même être condamné s'il avait fait un semblant d'œuvre de charité, mais pas en pleine mesure en fonction de sa force, ne faisant pas ce qui lui était possible. L'amour est vivant, mon cher, mais il meurt sans de bonnes œuvres. Les bonnes œuvres sont la force vitale de l'amour. C'est le véritable amour et c'est le seul pouvoir avec lequel une personne peut résister aux tentations, aux épreuves et à l'horreur des derniers temps pendant la domination temporaire de l'Antéchrist sur le monde."

Puis le Père Gabriel m'a regardé avec son habituelle attention joyeuse après qu'il eut fini de parler. Nous sommes restés tranquillement assis en silence pendant un moment, quand soudain le visiteur suivant a crié : "Par les prières de nos saints pères..." Le Père Gabriel répondit "Amen", permettant au visiteur d'entrer dans sa cellule. Il me bénit d'un sourire et me dit : "Eh bien, mon cher, va en paix, au Nom du Christ." Après avoir reçu sa bénédiction, j'ai quitté sa cellule et je suis rentré chez moi.

Il est très difficile d'exprimer à quel point j'ai été heureux de tout ce qui s'est passé, et j'ai été étonné que le Père Gabriel m'ait trouvé digne de partager un discours aussi remarquable avec moi. J'ai été ravi par les paroles gracieuses du staretz. Car chaque mot, même le plus ordinaire, avait une signification si profonde et sonnait si extraordinaire et si doux !... Ses paroles m'ont apporté beaucoup de joie, de paix et surtout un grand sentiment d'amour et de vitalité. Alors que je contemplais ce qu'il disait, une certaine beauté, une brillance et un silence m'enveloppaient. Mon esprit devint clair et libre en considérant ce que le Père Gabriel m'avait dit, et je commençai lentement à comprendre le sens profond de ses paroles, que je ne comprenais pas dans sa cellule. Mon incapacité à saisir ces choses quand il me parlait, comme je l'ai déjà dit, était due à sa merveilleuse simplicité et à son incroyable humilité. J'ai été d'autant plus étonné que je me rappelais les paroles du Père Gabriel concernant la théosis, et je me suis rendu compte que le staretz avait parlé de la théosis à partir de sa propre expérience de celle-ci. Cela m'a profondément impressionné lorsqu'il m'a dit : "Voici, c'est comme je suis", et qu'il a frappé doucement sa tête deux ou trois fois avec ses doigts. Le staretz devait le faire parce qu'il voyait mon ignorance totale des choses dont il parlait, et ce faisant, il m'a fait comprendre quelque chose qui m'avait été totalement incompréhensible. Par la suite, j'ai commencé à saisir les choses dont il avait parlé, mais pas en pleine compréhension. Cette expérience, pour moi, a été le fruit de la divinisation du staretz.
J'ai été également étonné par son enseignement concernant l'Échelle de l'Ascension Divine, dont l'Église a hérité de Saint Jean Climaque... que le dernier échelon de l'échelle soit plus qu'un simple échelon, mais la "couronne de tous". Le Père Gabriel a dit que cette couronne de toutes les vertus, l'amour, est ce qu'il faut pour atteindre la théosis. Le Père Gabriel a déclaré que Dieu lui avait réservé de révéler ces choses, et que personne d'autre que lui ne pouvait le dire. Le staretz parlait de ces choses de telle sorte qu'il cachait la détresse, l'anxiété et la tristesse dans son cœur, ce qui était le résultat du fait que personne n'avait encore déclaré ces choses. J'ai l'impression que le sujet le plus important dont il a parlé était la Parabole des Dix Vierges, dont cinq ont perdu leur salut, selon le Père Gabriel, à cause de leur manque d'amour. C'est l'interprétation finale de la parabole, qui est pour nous l'appel et la demande de Dieu que nous luttions de toutes nos forces pour acquérir l'amour.

Cette exigence d'amour est quelque chose qui a été réservée par le Seigneur pour ces temps difficiles, car aujourd'hui elle est plus urgente que jamais, même depuis l'entrée de notre Sauveur Jésus Christ dans l'histoire de l'humanité. Pleine de joie de l'expérience de ce discours du staretz, j'ai eu un fort désir de rencontrer immédiatement des amis. Sur le chemin du retour vers Tbilissi, je ne suis pas allé directement chez moi, mais j'ai rendu visite à la famille d'un ami proche qui connaissait bien le Père Gabriel. Ils ont été ravis de tout ce que j'ai partagé avec eux, et ont passé quelques heures à parler du staretz et des choses liées à ce qu'il m'avait dit.

Il était déjà tard quand je suis rentré chez moi. Bientôt, mon frère aîné, qui connaissait lui aussi le père Gabriel, est rentré du travail. J'ai tout raconté à mon frère sur ce que le staretz m'avait dit. Plus tard dans la soirée, j'ai eu le désir de revisiter une traduction du Nouveau Testament produite par le Stockholm Institute for Bible Translation. J'avais acheté ce Nouveau Testament il y a quelque temps, mais il n'avait pas été ouvert, car j'avais entendu parler de ses nombreuses erreurs et de sa traduction imprécise. Pour cette raison, je n'avais jamais eu le désir de le lire.

Je me suis levé, j'ai sorti le Nouveau Testament du tiroir dans lequel je le gardais, et je l'ai ouvert par hasard au tout début de l'Évangile de saint Jean, qui dit : Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu [7]. Au fur et à mesure que je lisais, j'étais de plus en plus convaincu que les rumeurs concernant l'édition de Stockholm n'étaient pas tout à fait exactes. Cela dit, cela ne se compare en rien à la traduction du Nouveau Testament en ancien géorgien. J'ai finalement commencé à lire certains des autres chapitres qui suivent les quatre livres de l'Evangile. J'atteignis bientôt le livre de l'Apocalypse, qui commence ainsi : La révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à Ses serviteurs ce qui doit se passer bientôt [8]. En poursuivant ma lecture, je me suis souvenu des paroles du Père Gabriel : " Ce n'est pas notre affaire de savoir qui a atteint cet état, mais nous en connaissons un avec certitude : Saint Jean le Théologien. " Le verset d'ouverture de l'Apocalypse semblait être une affirmation extraordinaire des paroles du staretz. C'était comme un petit miracle pour moi... un miracle qui m'a convaincu que tout ce que le Père Gabriel m'avait dit était absolument vrai. C'était comme si la preuve en était le Nouveau Testament lui-même, qui, inspiré par Dieu, confirmait la vérité du discours du staretz.

Il est difficile d'exprimer l'état de mon âme lorsque j'ai entrepris d'écrire ce récit du staretz. Je déclare devant le Seigneur que l'idée d'écrire cette histoire n'était pas le fruit de l'orgueil. Une telle idée évoquait plutôt en moi des sentiments d'indignité, et c'est d'autant plus la raison pour laquelle j'ai écrit ceci.

Grâce à Dieu, j'ai pu comprendre, au moins en partie, ce que le Père Gabriel m'a expliqué, et qu'il avait lui-même atteint la théosis... que j'ai pu comprendre ce qu'est la théosis et comment y parvenir... que l'amour et le seul amour, la couronne de toute vertu, est la théosis, dont Dieu fait don à ceux qui ont atteint le dernier échelon de l'échelle du Saint-Jean - foi, espérance et amour. Que Dieu ait réservé une telle révélation au Père Gabriel, c'est une merveilleuse providence.

Il convient également de mentionner à nouveau l'interprétation du Père Gabriel de la Parabole des Dix Vierges, qui nous enseigne que la chute des cinq vierges folles est due à leur manque d'amour. Telle est l'interprétation finale de cette parabole donnée par le Seigneur. Chaque interprétation de cette parabole a été donnée à l'humanité aux étapes appropriées de l'histoire, et elle a englobé et révélé les choses les plus profondes et incompréhensibles de la Providence de Dieu dans le destin de l'humanité. Ceci atteste que les enseignements du Verbe incarné, notre Seigneur Jésus-Christ, ont été déclarés à tous à chaque époque de l'histoire.

Cette interprétation finale de la parabole enseigne que ceux qui vivront vers la fin des temps sont mandatés par Dieu pour chercher et gagner l'amour, parce qu'en lui se trouve la seule puissance qui peut sauver de la folie de l'esprit de l'Antéchrist, des tentations de l'époque et de l'esclavage qui aura lieu pendant la terrible domination du monde de l'Antéchrist.

La contemplation de tout ce qui est écrit ici m'a amené à penser qu'il était nécessaire d'écrire ce que j'avais entendu. C'est ce sens des responsabilités qui m'a amené à rédiger ce récit, malgré le fait que j'avais peur d'être celui à qui on avait confié la tâche de le rédiger. J'avais peur devant Dieu quand j'ai finalement pris la décision de rendre compte de ces choses. Je me suis dit : " Et si tu oubliais tout ce que tu as entendu ? Est-ce que ces choses étaient destinées à toi seul ? N’as-tu pas peur de répondre devant le Christ pour ne pas avoir agi ?" De plus, j'aurais honte devant le Père Gabriel, ce staretz céleste, si j'oubliais sa précieuse discussion et son enseignement.


Ecrire cette histoire n'a pas été facile pour moi, car ce fut un processus long, difficile et complexe qui m'a pris environ quatre ans de lutte intérieure, car je voulais exprimer ces choses de manière à ne pas lasser les lecteurs. Et finalement, je suis devenu déterminé à publier le merveilleux discours du Père Gabriel. Que le Père Gabriel et les lecteurs me pardonnent si je n'ai pas réussi à exprimer quelque chose correctement et de manière compréhensible. Gloire à Dieu. Amen !


Version française Claude Lopez-Ginisty 
d’après 


NOTES
1. Un catholicon est l'église principale d'un monastère orthodoxe.
2. L'Église orthodoxe utilise principalement la version grecque de l'Ancien Testament connue sous le nom de Septante (aussi connue sous le nom de LXX) plutôt que les traductions des éditions hébraïques. La numérotation des psaumes dans la Septante diffère de celle des traductions basées sur les éditions hébraïques. Le Psaume 50 dans la Septante est le Psaume 51 dans l'édition hébraïque. ↩
3. Psaume 50:8 ↩
4. Les traductions grecques et russes de ce texte parlent de la relation d'une flamme individuelle et du feu dont elle fait partie comme μια γλώσσα φλογός & язык огня ou 'une langue de feu', qui implique une unité directe et complète. Je ne l'ai pas traduit directement […], car cette terminologie peut être inhabituelle pour de nombreux [lecteurs] et peut amener certains lecteurs à la confondre avec le phénomène des " langues de feu " mentionnées dans les Actes des Apôtres - note du traducteur. ↩
5. Ceci, bien sûr, le staretz l’a dit pour moi - note de l'auteur. ↩


6. Matthieu 24:12 ↩
7. Jean1:1 ↩

8.Apocalypse 1:1 ↩



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.